Nos principes, notre méthode

Les clés pour bien comprendre.

 

Bienvenue sur la page qui vous donnera les modalités pratiques de la partie Militaria.

 

Le monde des collectionneurs n'est pas un monde d'idéalistes ni de purs esprits et les marchés du militaria sont particulièrement délétères. L'expérience de la tenue du site Militaria-expertise a montré combien la mesquinerie, la jalousie, l'égoisme voire le désir de nuire étaient des réalités répandues. C'est pourquoi nous avons pris le parti d'être le plus franc et le plus clair possible dans cette page. Autant tout se dire dès le départ. Il y a des personnes remarquables et dignes d'intérêt dans le monde de la collection mais il y a également une frange que nous considérons comme au mieux peu sympathique voire nuisible. En précisant d'emblée nos principes, nous souhaitons créer un espace de confiance et de connaissance pour le premier groupe et fermé pour le second.

Notre objectif: que vous vous sentiez dans les meilleures conditions pour découvrir ce site et pour y prendre du plaisir. Les chapitres suivants vous y aideront.

- Notre légitimité

- La méthode de rédaction

- Qu'est-ce qu'un Cahier TC ?

- Espace tout public et espace réservé

- Comment apporter votre aide?

- Le gratuit et le payant

- La FAQ

 

 


Notre légitimité

Ce site est géré et administré par l'association loi 1901 Terra Culturae. Cette formule lui permet de présenter une information de qualité, constamment renouvelée et enrichie en lui fournissant les moyens matériels et financiers de son action.

Pourquoi agissons-nous ? Une certaine idée de l'intégrité du collectionneur

Nous voulons vous faire partager une information connue jusque-là par un tout petit nombre de collectionneurs avertis et qui passe uniquement par le bouche-à-oreille.

En parallèle, nous pensons que le patrimoine historique est attaqué et dégradé par des faussaires et autres « bidouilleurs ».

Nous pensons que les échanges entre collectionneurs responsables, éduqués, avertis et passionnés sont source d'enrichissement mutuel. Ce site en assure la réalisation.

Notre impartialité se fonde sur l'absence de liens avec des marchands ou des semi-professionnels et autres vendeurs-en-chambre.


Nos valeurs :

Impartialité : nous écrivons sans concession et sans protéger aucun intérêt ou lobby de vendeurs ;

Curiosité intellectuelle : nous explorons tous les thèmes dans un esprit d'ouverture et de progrès des connaissances ;

Engagement : la recherche permanente est le fondement de notre action par un travail de fond ;

Humilité: la connaissance n'est pas figée et de nouvelles découvertes obligent à reprendre la recherche .

Nous pouvons nous tromper mais nous faisons tout pour ne pas vous tromper. Nous acceptons toutes les remarques et toutes les critiques. N'hésitez pas à nous contacter !


La méthode de rédaction

D'abord nous essayons de travailler avec le plus de sources primaires possibles. Les sources primaires sont les documents, principalement iconographiques, d'époque, comme les photos et certaines CPA.

Nous utilisons aussi des sources comme les historiques régimentaires.

Puis, bien sûr, les plus accessibles, les sources secondaires: ouvrages de vulgarisation ou spécialisés, etc....

 

 

En parallèle, nous rédigeons de manière itérative le Cahier et nous le faisons circuler auprès de connaisseurs, de possesseurs de pièces, etc...de confiance. Chacun y apporte son avis ou sa correction. Et cela donne ce que vous voyez sur l'illustration: un document de travail avec les codes couleur des correcteurs.

En parallèle, il faut s'assurer qu'il n'y a pas d'incohérence au sein du Cahier ou avec d'autres Cahiers.

Il reste ensuite un gros travail de mise en page. C'est finalement le plus long et le plus fastidieux à réaliser. Puis le Cahier est passé en format pdf (la "pdfisation", pour réduire sa taille et permettre des téléchargements plus rapides) et mis en ligne par dépôt dans les espaces de stockage de l'association.

Régulièrement, en fonction des travaux, le Cahier est corrigé et/ou complété et remis en ligne.

Et voilà ( si l'on peut dire) !


Comment puis-je apporter mon aide ?

Votre aide est attendu dans TOUS les domaines. Ceci posé, que cherchons-nous ? L'accès à des collections, des informations supplémentaires, l'accès à des ouvrages ou des documents d'époque (CPA, photos, etc....). Vous-même sentez bien dans quel domaine nous avons besoin de votre contribution.

Le cas de contribution le plus poussé est l'accès à votre collection. Pour rendre le texte vivant, voici une FAQ :

J'ai une collection qui vaut une fortune et, par prudence, je souhaite rester discret.
C'est tout à fait légitime. Il n'y a bien sûr aucun problème pour vous assurer le maximum de confidentialité. De plus, c'est vous qui choisissez la mention qui apparaîtra sur la photo (« Coll. mr Bernard VINCENT » ou « Coll. Privée, droits réservés », etc...). Vous pouvez donc voir vos pièces en ligne sans que personne ne se doute de qui est leur propriétaire.

Que se passe-t-il à partir du moment où je dis : « OK je participe et j'ouvre ma collection » ?
Vous recevrez d'abord un formulaire explicatif et une liste des pièces que nous recherchons. Puis vous serez recontacté pour les travaux de fond (recherche, observation, photos, etc...).
Vous n'avez bien sûr aucun frais à supporter.

Qui va venir chez moi toucher mes pièces ?
Avec votre accord, au maximum trois personnes, lors des séances photo à domicile : le représentant de l'association, le photographe et éventuellement un aide. Le plus souvent, seulement une seule.
Ceci ne se fera pas de manière brutale : nous demanderons d'abord l'autorisation écrite d'accès et nous pouvons faire connaissance à l'extérieur, avant que vous ne preniez votre décision.
La manipulation se fera soit par vous-même soit par une des personnes avec les précautions d'usage.

Je voudrais faire partie du Bureau de l'association car après tout je prête mes pièces et donc je voudrais contrôler l'usage de leur image et le contenu des textes ?
L'association n'est que le cadre légal du site et de la production, que celle-ci soit un article numérique ou un livre-papier. Son administration est donc limitée au strict minimum. Votre contribution doit rester dans un esprit de don et de bénévolat.

En clair, on me demande de laisser prendre des photos de mes pièces et après je ne maîtrise plus rien ?
C'est un peu un raccourci, mais la réalité de la conduite du projet donne effectivement le pilotage à une équipe réduite. Cependant les précédents (voir le site Militaria-expertise) montrent que l'usage des photos n'est jamais au détriment des propriétaires des pièces. C'est ce que nous appelons les bénéfices financiers indirects, résultant de la publication de pièces dans les Cahiers ou tout autre support. Elles sont présentées comme des pièces de référence, donc assurant à leur propriétaire un avantage financier à leur revente. Même si la revente de vos pièces est certaine au vu de la demande, le doute croissant sur l'authenticité des objets allemands peut nuire à la plus-value.
De plus, votre intérêt est certainement de vous associer au projet et de ne pas « rester en dehors du cercle ». En effet, si une pièce que vous avez dans votre collection est montrée par un autre collectionneur avec un détail qui la différencie de la vôtre, sa pièce sera authentifiée et la vôtre comparée et évaluée par rapport à cette référence.

J'ai dis OK pour participer a priori, mais le projet retenu ne m'intéresse plus. Puis-je me retirer ?
Bien sûr, votre engagement à participer n'est qu'une indication. En revanche, à partir du moment où les photos sont prises, nous les conservons.

Comment vais-je partager mes connaissances ?
En fonction du thème, vous serez probablement contacté pour des entretiens en tête-à-tête pour recueillir par écrit vos connaissances, dans un lieu à votre convenance.
Vous serez peut-être également sollicité pour participer à la relecture et à la correction des dossiers.

Cela à l'air procédurié, dans la réalité, ça se passe très simplement et c'est très souvent un excellent moment !


Rappel: Le droit de l’image (photo et scans)

 

Le créateur de la photographie et son droit d’auteur

 

Il convient d’établir une distinction selon que vous avez pris vous-même la photographie ou que vous n’êtes pas l’auteur de celle-ci. Cette question est primordiale.

Dans le cas où vous n’êtes pas l’auteur de la photographie, vous devrez recueillir au préalable une autorisation expresse et écrite du titulaire des droits. En effet, la photographie, si elle est originale, est susceptible d’être protégée par le droit d’auteur. Ainsi, tant que l’œuvre est protégée (70 ans à compter de la mort de l’auteur), sa reproduction et sa diffusion sont soumises à l’autorisation préalable, expresse et écrite du titulaire des droits. Par contre, si vous êtes l’auteur de la photographie, vous pouvez reproduire et diffuser librement celle-ci.

 

 

Les propriétaires des biens et le droit à l’image

 

Selon la jurisprudence, le propriétaire d’une chose ne dispose pas d’un droit exclusif sur l’image de celle-ci. Il ne peut s’opposer à l’utilisation de l’image de son bien par un tiers que lorsqu’elle lui cause un trouble anormal.

Tel est le cas par exemple lorsque l’image d’une maison a attiré des personnes devant cette maison, occasionnant une destruction des pelouses.

L’appréciation de ce trouble relève du pouvoir souverain des juges du fond (juges de première instance et d’appel).

Le propriétaire du bien devra apporter la preuve que l’utilisation de l’image de son bien par une autre personne lui cause un préjudice.

 


Foire aux Question (FAQ)

Voici un petit florilège de questions. Il ne doit y avoir aucun tabou. Il faut poser (surtout) les plus dérangeantes. Si vous en avez, n'hésitez pas, contactez nous !

Et si j'attendais de voir comment le projet se lance avant de donner mon accord pour participer ?
C'est bien sûr une solution. Mais ça serait dommage d'attendre...les Cahiers profitent à tous alors rejoignez-nous !

J'ai une pièce unique : je serais donc forcement contacté et sollicité.
Ca serait dommage d'attendre...et puis, qui sait que vous l'avez chez vous? De plus, l'expérience montre qu'il y a beaucoup de "pièces uniques", alors autant participer.

J'ai une collection qui vaut une fortune et, par prudence, je souhaite rester discret.
C'est tout à fait légitime. Il n'y a bien sûr aucun problème pour vous assurer le maximum de confidentialité. De plus, c'est vous qui choisissez la mention qui apparaîtra sur la photo (« coll. mr Bernard VINCENT » ou « Coll. Privée, droits réservés », etc...). Vous pouvez donc voir vos pièces en ligne sans que personne ne se doute de qui est leur propriétaire.

Pourquoi n'y-a-t-il pas plusieurs personnes pour rédiger les Cahiers, chacune faisant une partie?
L'expérience de Militaria-expertise a montré qu'à l'enthousiasme du début succède un grand vide. Il est préférable d'avoir un comité d'experts et de correction disponible pour assurer la qualité du produit final. Un rédacteur (ou deux) garantit un style uniforme.

Je trouve les conditions de TC trop dures.
Il est certains que les modalités pratiques sont rigoureuses : c'est la seule garantie de la qualité de nos projets.

Dois-je être membre de l'association et dois-je payer une cotisation ?
Non, vous n'avez pas besoin d'être membre de l'association. Vous n'avez bien sûr aucune cotisation ou ticket d'entrée à payer. Le but de l'association n'est pas de rassembler des cotisants. Il s'agit de donner une structure légale à ses projets et à sa gestion financière.

J'ai quand même acheté et payé cher la pièce qu'on me demande. Pourquoi ne pas avoir une part de bénéfices de ventes, après tout ?
Si votre objectif est de réaliser une opération commerciale et d'en retirer de l'argent, cela est légitime, mais ne correspond donc pas à notre vision, fondée sur le bénévolat. Libre à vous de mener votre projet dans une autre structure.

Est-ce qu'il n'y aurait pas de l'argent à gagner ?
Non, ce n'est pas l'esprit de l'association. Mais il y a des bénéfices financiers indirects pour vous, résultant de la publication de vos pièces, présentés comme des pièces de référence. Donc assurant à leur propriétaire un avantage financier à leur revente (souvenons-nous de l'aura de la collection Lainé!). Même si la revente de vos pièces est certaine au vu de la demande, le doute croissant sur l'authenticité des objets en particulier allemands peut nuire à la plus-value.
De plus, votre intérêt est certainement de vous associer au projet de TC et de ne pas « rester en dehors du cercle ». En effet, si une pièce que vous avez dans votre collection est montrée par un autre collectionneur avec un détail qui la différencie de la vôtre, sa pièce sera authentifiée et la vôtre comparée et évaluée par rapport à cette référence.
Enfin, souvenons-nous du cas des mitres de la garde prussienne : une simple phrase de JL Larcade dans son ouvrage a contribué à jeter un doute définitif sur toutes les mitres rencontrées depuis.

Finalement, l'argent des Cahiers payants va dans le coffre de l'association. A qui profite cette manne ? Qui contrôle ?
Oui, il n'y a qu'une seule Trésorerie. Point d'entrée des revenus à A+ n, c'est aussi le point de sortie à A-n pour payer les dépenses ! C'est une des conditions de la conduite des projets.
La Trésorerie est le poumon de chaque projet. Elle lui assure son aboutissement. Un contrôle tatillon en cours d'action ne pourra que ralentir le projet.
En revanche, la transparence des comptes est une nécessité. Elle sera garantie par un affichage de ceux-ci à tous les participants, qu'ils soient membres de l'association ou non. Les membres du Bureau doiventr gérer un bilan à l'équilibre. Pour ce faire, il faudra d'ailleurs probablement consentir des avances, qui seront restituées lors des rentrées de revenus. Le contrôle s'effectuera donc par le suivi des comptes. Surtout, il faut savoir que les revenus de ces ventes ne servent qu'à une chose: payer les dépenses !

En clair, on me demande de laisser prendre des photos de mes pièces et après je ne maîtrise plus rien ?
C'est un peu un raccourci, mais la réalité de la conduite du projet donne effectivement le pilotage à une équipe réduite. Cependant les précédents (voir le site Militaria-expertise) montrent que l'usage des photos n'est jamais au détriment des propriétaires des pièces.

J'ai dit OK pour participer a priori, mais le projet retenu ne m'intéresse plus. Puis-je me retirer ?
Bien sûr, votre engagement à participer n'est qu'une indication. En revanche, à partir du moment où des photos sont prises, nous sommes liés !

A suivre ....

 

 

© Tous droits réservés / All rights reserved Association Terra Culturae N° Préfecture : W7512028 (RNA) - SIRET: 520 043 530 00010